Journalisme : la naissance des gazettes

Les origines du livre
octobre 1, 2020

Le monde du journalisme a connu énormément d’évolution historique et littéraire. La gazette renommée actuellement un journal a sa propre voie historique: la gazette son origine,  son histoire a travers l’Europe, le monde du journalisme actuel, tout cela peut résumer en général l’histoire du journalisme de la gazette jusqu’au journal actuel.

L’origine de la Gazette

L’origine du nom remonte à un avis vénitien de 1563, vendu à une “gazeta” (pièce d’argent bon marché) d’où le titre “Gazette”. En Italie, une censure ecclésiastique sévère s’ajoute ou se superpose à celle exercée par le souverain. L’histoire du journalisme à travers la naissance gazette : l’étymologie du mot Gazzetta, la diffusion en Europe et en Italie, jusqu’aux journaux. XVIe siècle. Anvers, Augsbourg et Strasbourg sont les villes qui ont lancé la diffusion de gazettes imprimées bimensuelles ou hebdomadaires. Les premiers sont sortis sans titre, ils avaient le format de livres de deux ou quatre pages. L’exercice de la presse et l’activité journalistique sont contrôlés par des principes et soumis à la censure. Le compilateur est un fonctionnaire ou un administrateur du tribunal. Florence et Gênes sont les premières à avoir une gazette : pour la florentine, qui devrait remonter à 1636, il n’y a pas de documentation sécurisée, alors que pour la génoise, commencée en 1639, il y a de la documentation.

Histoire de la Gazette en Europe

La naissance gazette en Europe est un peu différente dans chaque pays européen. À Paris, “La Gazette”, commence à être publiée en 1631. Il a été rédigé par un ancien médecin. Au début, il est sorti en quatre pages en petit format et n’a pas atteint le millier d’exemplaires vendus. Mais l’ancien médecin l’a ensuite rendu de plus en plus intéressant, en y incluant des publicités commerciales, ce qui lui a permis d’en baisser le prix. D’ici, déjà en 1672, “La Gazette” comptait douze mille abonnés. Le premier journal de l’histoire, cependant, est né à Leipzig en 1660 sous le nom de “Nouvelles fraîches sur les affaires de la guerre et du monde” ; plus tard, il a été appelé “Leipziger Zeitung”. Les Pays-Bas et l’Angleterre échappent aux règles de l’absolutisme : Amsterdam est à l’avant-garde de l’activité de la presse. En Angleterre, la liberté d’expression est revendiquée et son élan est donné par les événements de la guerre civile. D’où les demandes d’abolition des privilèges et de la censure préventive. Un pas en avant, en somme, qui a été accompli en 1695 : c’est alors que le Parlement a aboli la loi sur les licences. En 1702, le “Daily Courant”, le premier journal moderne de l’histoire, est né à Londres. En France, en 1777, le premier quotidien, le “Journal de Paris”, est né. Déjà en 1787, le libéral Edmund Burke parle de la presse comme de la “quatrième puissance”. De grands noms comme Daniel Defoe et Jonathan Swift ont commencé à se distinguer. Defoe est connu comme le premier romancier à ouvrir la série des feuilletons, en publiant Robinson Crusoë dans le “Daily Post” à partir de 1719. En Italie, entre la fin du XVIIe siècle et le début du XVIIIe siècle, le réseau des gazettes a commencé à s’étendre. Ils ont été publiés à Turin, Bologne, Mantoue, Messine, Parme, Modène et également à Rimini. Parmi ces gazettes figurent “Il sincero” de Gênes, “I Successi del mondo” de Turin et “Rimino”. À la fin du XVIIe siècle, les journaux littéraires ont pris le devant de la scène. Le “Giornale dei letterati” a été publié à Rome, mais ce type de journalisme a trouvé un terrain fertile à Venise, considérée comme la capitale de l’art et de la presse ; et c’est là que le “Giornale dei letterati d’Italia” est né. Il a été publié à Florence en 1740, “Novelle letterarie”, un magazine hebdomadaire. Ces périodiques sont le résultat du travail conjoint de plusieurs experts et leur contenu couvre des sujets variés, tels que la science, l’histoire, le droit, la théologie. À Paris, sous le règne de Louis XIV, le “Journal des Scavans” est publié en 1665. Après le milieu du XVIIIe siècle, Venise a consolidé sa suprématie littéraire grâce à Goldoni. L’influence des Lumières, de la franc-maçonnerie et du journalisme culturel à Londres avec le “Tatler” et le “Spectator” commence à se faire sentir. A l’instar du “Spectator”, la “Gazzetta Veneta” est née à Venise. Outre le modèle des journaux londoniens, la leçon des Lumières de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert commence à circuler en Italie à Venise, mais surtout, à Milan, naît “Il Caffè” d’Alessandro et Pietro Verri et Cesare Beccaria.

Le monde du Journalisme actuel

Actuellement, le monde du journalisme a connu énormément une évolution grandiose. Matériellement c’est vraiment avancé, les journaux d’aujourd’hui s’affichent avec une qualité inimaginable par rapport à l’époque de la première apparition de la gazette. Les machines de la production des journaux ne sont plus les mêmes. La vitesse d’impression est maintenant très rapide. Quant à la qualité, la différence est parle d’elle-même, grande différence entre noir et couleurs. Aujourd’hui aussi le monde du journalisme ne reste plus sur le presse écrite version papier, mais apparaît en version électronique par lequel l’archivage et la recherche d’informations sont exceptionnellement parfaits, c’est vraiment loin de la naissance gazette. A l’époque la livraison gazette a été faite par des hommes annonçant le grand titre mais aujourd’hui c’est différent. Maintenant grâce a l’internet tout le monde peut lire des journaux différents en restant bien confortablement sur son canapé ou bureau. En plus même l’apparition des nouvelles ordinaires sur les journaux sont attirante, et ce qui est avantageux pour le monde du journalisme actuel, c’est cette opportunité technologique, tout le monde peut télécharger les informations intéressantes. Et peut aussi fixer un abonnement mensuel ou annuel aux quotidiens.