Qui était Niki Lauda ?

Que faut-il savoir sur le surréalisme ?
octobre 1, 2020
La culture du viol : de quoi s’agit-il ?
octobre 1, 2020

Une grande partie de son histoire sportive est racontée dans le film « Rush » de Ron Howard, sorti en 2013. Née à Vienne le 22 février 1949, Niki Lauda est un symbole de l’histoire de la Formule 1. Le pilote autrichien occupe une place d’honneur dans le classement des champions du monde de Formule 1. En raison de sa connaissance des moteurs et de sa capacité à reconnaître le moindre problème dans la voiture qu’il conduisait, il a été surnommé “l’ordinateur”.

Biographie de Niki Lauda

Niki Lauda dont le nom complet est Andreas Nikolaus Lauda, est un légendaire pilote autrichien, né le 22 février 1949 à Vienne en Autriche et mort le 20 mai 2019 en Suisse. Il est aussi connu comme entrepreneur dans l’aviation commerciale et également, dirigeant sportif. Sa présence dans le monde du pilotage a laissé plusieurs empreintes : Il remportait  25 victoires et obtenait trois fois le titre de champion du monde des pilotes de Formule. Cependant, il a connu également des défaites, un sérieux accident  l’a gravement défiguré et a touché ses poumons. Il a eu cet accident sur le volant de la Ferrari 312 T2, le 1er août 1976, lors du Grand Prix d’Allemagne sur le Nürburgring. Mais le grand pilote ambitieux a repris le volant en seulement six semaines cette tragédie, et revenait en formule 1 trois ans plus tard, après avoir pris sa retraite sportive en 1979. Il a mis fin décidément à sa carrière sportive en 1984, en gagnant un troisième titre mondial. Ensuite, il développait une compagnie aérienne nommée Lauda Air, fondée en 1978, et démissionnait en 2000. de 1992 à 1995, il revenait dans la F1 mais en tant que consultant, et en 1996, il en était le commentateur pour télévisions. Il tenait la direction de l’écurie Jaguar Racing en 2000, et fondait une nouvelle compagnie aérienne, flyNiki en 2003. Enfin, il tenait la place de président non-exécutif de l’écurie Mercedes après avoir revendu FlyNiki en 2011. Sa mort le 20 mai 2019 à l’âge de 70 ans a été due par une infection pulmonaire.

Les débuts de Niki Lauda sur la piste

Intéressé du monde du sport automobile depuis petit, Lauda n’a jamais obtenu des soutiens de la part de sa famille. Mais malgré tout, il a poursuivi son reve en débutant sa carrière en 1968 avec à peine d’argent. Il abandonna l’université en gagnant en Formule 3 et en Formule 2. Il intégra en Formule 1, en 1972, et faisait ses débuts sur la piste avec Ferrari deux ans plus tard. Malheureusement, sa carrière a été mis fin d’une façon dure et dramatique en 1976.

Le grave accident de 1976

Le premier août 1976, la dixième course de la saison a été organisée sur le circuit allemand du Nurburgring. Les participants, dont Niki Lauda a été l’un d’eux, à supplier la direction de suspendre la course, mais cette dernière n’a pas approuvé leur demande. En conséquence, Lauda la Ferrari 312 T2 de Lauda a perdu contrôle, après trois tours, ce qui a laissé une marque indélébile sur sa figure et sur son histoire. Plus précisément, il était coincé dans la carlingue détruite en flemme, ce qui a laissé des brûlures sur son visage. Il était secouru immédiatement, et son sauvetage a été réussi, même si ses poumons ont été également touchés.   

Le retour de Niki Lauda

Mais Niki Lauda s’est remis si vite, juste 42 jours après ce drame, il reprenait la piste. Il obtenait la quatrième place du Grand Prix de Monza. Et ensuite, remportait un deuxième titre mondial avec Ferrari. Il laissa la piste après des défaites remarquables : il n’a pas pu obtenir des victoires ni même des prix en 1978. Il lança un nouveau projet professionnel en fondant la compagnie aérienne FlyNiki. Mais il reprenait le volant deux ans après, et à la suite de son victoire dans le Grand Prix des Pays-Bas, Niki Lauda mettait fin décidément à sa carrière de pilote.

La maladie de Niki Lauda

Le drame accident de Nicki Lauda l’a laissé une maladie pulmonaire incurable. La brûlure de ses poumons l’a obligé de subir une transplantation pulmonaire, mais il n’allait jamais bien, ce qui a mis fin à sa vie le 20 mai  2019.