Que faut-il savoir sur Halloween?

La culture du viol : de quoi s’agit-il ?
octobre 1, 2020
Les origines du poisson d’avril
octobre 1, 2020

Enfin, il a fini par se briser : c’est la saison des monstres, des frayeurs, de la sculpture des citrouilles et de la collecte des bonbons. Halloween est une tradition séculaire et chaque année, cette coutume est célébrée à nouveau. Mais, qu’est-ce que Halloween a à voir avec les foires aux rencontres et pourquoi les araignées sont-elles une bénédiction dans la maison ? Lisez, les 10 faits qui vous feront dresser les cheveux sur la tête. Fantômes, sorcières, citrouilles, dans quelques jours, ils seront de retour dans les rues, parce que l’automne est là et donc aussi le jour le plus effrayant de tous : Halloween. Afin que vous puissiez montrer vos connaissances sur cette fête lors de la prochaine fête d’Halloween.

1. Qui l’a inventée ?

Vous la connaissez par les films d’Hollywood : les États-Unis semblent être obsédés par cette fête. Tous les voisins veulent se surpasser avec la décoration la plus effrayante devant la maison et la plus belle citrouille. D’ailleurs, la plus grosse citrouille pesait 1054 kilos et a été élevée en Suisse. Mais le festival d’Halloween ne vient pas des États-Unis. Alors, qui l’a inventé ? Non, pas même les Suisses, bien qu’ils soient les meilleurs en matière d’élevage de citrouilles. C’était les Irlandais. Le nom vient du mot anglais tous les veillées, la nuit précédant la Toussaint. Vers la fin de l’été, avant cette fête, les Irlandais célébraient cette coutume qu’ils appelaient Samhain. Déjà à l’âge du fer, plusieurs centaines d’années avant Jésus-Christ, cette coutume apportait aux Celtes un grand plaisir. Un très vieux festival, qui a été introduit aux Etats-Unis par les immigrants irlandais.

2. Pourquoi a-t-on peur à Halloween ?

Eh bien, il faut remercier les Celtes pour cela, car lorsqu’ils célébraient la fin de l’été et accueillaient l’automne et l’hiver, quelque chose arrivait aux âmes des défunts en même temps. Les Celtes croyaient fermement que les âmes retourneraient sur terre, beaucoup d’entre eux, ceux qui ont trouvé leur maison et leurs proches, étaient très paisibles. Mais il y avait aussi les esprits qui ont perdu leur chemin et qui ont hanté les gens cette nuit-là, les effrayant. Aujourd’hui encore, des enfants et des adultes se déguisent en sorcières, vampires, fantômes et autres ce jour-là, dans l’espoir de chasser les mauvais esprits de la nuit celtique de Samhain, parce qu’ils font peut-être encore leurs méfaits dans nos rues. Qui sait ?

3. Qui est Jack O’Lantern ?

La citrouille est le symbole par excellence d’Halloween. De préférence évidé et avec un visage sculpté au sourire effronté. Mais pourquoi cette plante est-elle si populaire à Halloween ? Les visages de citrouilles méchantes ont également leur origine en Irlande. Un rôle important est joué par le tricheur et ivrogne Jack O’Lantern. Il a fait tant de mauvaises choses dans sa vie qu’il s’est vu refuser l’accès au ciel après sa mort, et comme il avait autrefois trompé le diable, il n’avait pas non plus le droit d’aller en enfer. Il a donc vécu une existence morne entre le ciel et l’enfer, dans une solitude et une obscurité insupportables. Le gentil diable a eu pitié de lui et lui a donné un navet et un morceau de charbon brûlant. Avec cela, il illuminait désormais son chemin et chassait les mauvais esprits. Le navet est devenu une citrouille au fil des ans, simplement parce qu’il est plus pratique à sculpter et qu’il y a de la place pour plus de bougies. Aujourd’hui encore, la citrouille est un symbole qui permet de chasser les mauvais esprits le soir d’Halloween.

4. Des bonbons ou un sort ?

Aujourd’hui encore, à Halloween, de nombreux enfants errent de maison en maison en mendiant des bonbons. Non, en fait ce n’est pas de la mendicité, mais une menace à moitié sérieuse. Cette coutume remonte également aux Irlandais. À l’époque où les Irlandais fêtaient Samhain, les mendiants allaient de maison en maison pour mendier de la nourriture. L’Église a encouragé la distribution de gâteaux d’âme. En retour, les mendiants ont promis de prier pour les bienfaiteurs. Cette coutume a quelque peu changé. Aujourd’hui, il ne s’agit plus de faire le bien ou de prier pour les autres, mais de savoir qui a le plus de sucreries dans son sac à la fin. Mais attention : la tradition des bonbons empoisonnés est aussi vieille que la coutume d’Halloween. Cependant, ce n’est qu’un mythe.