La culture du viol : de quoi s’agit-il ?

Qui était Niki Lauda ?
octobre 1, 2020
Que faut-il savoir sur Halloween?
octobre 1, 2020

Le viol existe de plus en plus. Il y a alors ce qu’est la culture du viol. Partout,on entend beaucoup parler de la culture du viol. Mais, c’est quoi exactement ?

Qu’est-ce que la culture du viol ?

La culture du viol existe parce que nous sommes dans un contexte de profonde inégalité des sexes. En d’autres termes, il y a une déshumanisation des femmes et une objectivation de leur corps, et cela commence dès le plus jeune âge. En ce sens, de nombreux commentaires servent à renforcer encore cette culture, bien qu’ils soient considérés par beaucoup comme des blagues.

Dans une enquête menée en 2013, il a été constaté que plus de femmes interrogées affirmaient avoir subi des situations de violence que les hommes interrogés reconnaissaient en avoir commises. Par exemple, alors que 25 femmes ont déclaré avoir été maudites ou agressées pour avoir rejeté un certain assaut masculin, seuls 5 hommes ont admis avoir commis un tel assaut. En d’autres termes, pour les hommes, agir de manière supérieure et agressive envers les femmes est souvent tellement naturalisé qu’ils ne le perçoivent même pas comme de la violence.

Ce que nous consommons à la télévision contribue aussi beaucoup à la construction de la culture du viol. De nombreux programmes et publicités placent les femmes comme objets de désir ou dans une position de soumission, comme le personnage qui est fait pour s’occuper de la maison et des enfants et qui est généralement dans une position inférieure à celle des hommes. une enquête menée par l’Institut Patrícia Galvão en 2013, a révélé que 65 femmes brésiliennes ne sont pas vues dans les publicités diffusées à la télévision, et que pour 35 d’entre elles, la femme n’est jamais présentée comme une personne intelligente.

Pendant que les filles grandissent, les parents censurent leurs vêtements et leur corps, même si la censure est déguisée en soins et en inquiétude. Quant aux garçons, ce zèle est bien moindre. Ce sont là quelques exemples de la manière dont les pratiques quotidiennes contribuent à formaliser la culture du viol, car elles renforcent l’idée que les hommes peuvent faire beaucoup plus que les femmes. Le sentiment de supériorité les conduit à croire que, parce qu’ils peuvent faire plus, ils peuvent aussi ignorer leur consentement – ils ne demandent pas, n’attendent pas et/ou n’acceptent pas le “non”.

Pourquoi parler de la culture du viol

La nécessité de parler de la culture du viol se révèle principalement lorsqu’on observe une donnée comme celle apportée par la recherche de l’Institut Populaire Avon/Data, selon laquelle, spontanément, seules 10 femmes interrogées ont déclaré avoir subi des violences en milieu universitaire, mais lorsqu’elles ont été stimulées par une liste de situations violentes, ce pourcentage est passé à 67%. 

De plus, lorsque dans une société la violence sexuelle est souvent considérée comme la faute de la victime, c’est qu’il existe une culture du viol. Et les détails de la vie quotidienne renforcent encore cette habitude : de nombreux comportements et caractéristiques de la victime servent à justifier la violence subie. C’est comme si la femme n’avait aucun droit sur son propre corps et sa propre volonté.

Lorsque nous mettons en doute la victime et relativisons la violence en raison de son passé ou de ses pratiques sexuelles, nous renforçons la culture du viol. Dans cette culture, il est plus acceptable de croire en une supposée malice naturelle des femmes que de reconnaître que les hommes commettent des viols. C’est précisément la raison pour laquelle le machisme maintient la culture du viol, et en parler est la première étape pour déconstruire cette pratique.

6 faits pour mieux comprendre la culture du viol

Une série de mythes sur le viol et la culture qui le perpétue se répandent chaque jour. Vérifiez les faits ci-dessous pour mieux comprendre :

– Les filles sont le sexe fragile

On attend de la femme qu’elle soit délicate, qu’elle se comporte et qu’elle veille au bien-être de l’homme, qui est censé être plus fort et plus courageux.Ces différences ne sont pas biologiques mais socialement construites et établissent une relation de supériorité d’un sexe sur l’autre. C’est de là que vient l’idée que les hommes ne peuvent pas pleurer et que les femmes doivent être responsables de tout, y compris de la violence qu’elles peuvent subir.

– La culture du viol est diffusée par les médias

À la télévision, dans la musique et la publicité, les femmes sont exploitées et présentées comme si elles étaient une “chose” et non un être humain. Bien que cela puisse sembler inoffensif, cela fait comprendre à de nombreux hommes, dès leur plus jeune âge, que le corps féminin n’a aucune valeur et qu’il n’existe que pour les servir – c’est-à-dire qu’ils commencent à battre, mutiler, violer et assassiner des femmes à partir de cet idéal. 

-La culture du viol n’a rien à voir avec l’amour

L’envoi ou le partage de vidéos diffamatoires connues ou inconnues, la disqualification des femmes simplement en raison de leur sexe, la romanisation de la jalousie, la consommation de pornographie et la sexualisation des enfants sont autant de pratiques qui contribuent à la culture du viol. L’idée que le petit camarade de classe a frappé sa petite amie parce qu’il l’aime en est un exemple, et enseigne que l’amour peut se mesurer à la douleur.

– Le violeur pourrait être quelqu’un de très proche

Les violeurs ne sont pas toujours inconnus. En fait, dans environ 80% cas, le violeur est une connaissance, comme son père, son beau-père, son oncle, son grand-père ou son voisin, entre autres.

Le viol se produit partout et survient chaque fois qu’une femme ne consent pas à l’acte sexuel – même avec son mari ou son petit ami. C’est pourquoi il est important non seulement d’apprendre aux filles dès leur plus jeune âge que personne n’a le droit de toucher leur corps sans leur consentement, mais aussi aux garçons d’écouter et d’accepter le “non” même s’il est sans paroles. En d’autres termes, le consentement est la prémisse de tout contact sexuel. Ce qu’il faut en déduire, c’est toujours le non et jamais le oui.

-Rien ne justifie le viol

Quels que soient les vêtements, l’apparence, le comportement ou le degré d’alcoolisme de la femme, rien ne justifie la violence à son égard. Même pendant un acte sexuel, elle a le droit de dire non et de vouloir s’arrêter là. La mise en évidence de ces problèmes est une caractéristique de la culture du viol, qui s’attache davantage à mettre en évidence les “défauts” du comportement de la victime qu’à s’inquiéter du violeur.

 Qui se tait ne consent pas

L’idée qu’une femme “buvait parce qu’elle le voulait et savait le risque qu’elle prenait” est une pensée récurrente chez de nombreux hommes qui commettent des violences sexuelles mais ne se considèrent pas comme des violeurs. Il est important de souligner que si une femme n’est pas en pleine capacité d’accepter l’acte sexuel, il s’agit d’un viol.

Il est très important que nous ayons toujours ces points à l’esprit. Cela empêche la reproduction de discours qui perpétuent la culture du viol et nous rend plus conscients de nos droits dans la vie de tous les jours.

La culture du viol au Brésil

La peur des femmes qui subissent des violences sexuelles est énorme : l’enquête sur l’Indice de la démocratie locale de l’Instituto Sivis, qui s’est tenue dans la ville de Curitiba, au Paraná, déclare que 73 femmes interrogées ont déclaré avoir peur de sortir seules dans la rue, surtout la nuit. En outre, 23,47 femmes excluent la possibilité de marcher seules, alors que seuls 11,47 hommes le font.

Selon une autre enquête, menée par Datafolha en 2016, 33 personnes pensent que la victime est coupable dans une affaire de viol. Nous parlons d’un Brésilien sur trois.

Chez les hommes, la réflexion est encore plus fréquente : 42 d’entre eux disent que “les femmes qui se comportent correctement ne sont pas violées”. Cela prouve que la culture du viol a des racines sociales profondes et qu’il faut en discuter pour apprendre à la combattre.

La campagne “Assez de Fiu Fiu” lancée en 2013 par Think Olga et la page des féministes anti-pédophilie sont des exemples de mouvements du 21e siècle qui s’attaquent à la culture du viol. La première lutte contre le harcèlement sexuel dans les lieux publics et la seconde contre la pornographie qui cible les femmes et attire les filles. Nous devons tous être attentifs et vigilants pour combattre la culture du viol et le mal qu’elle représente pour notre société.

Si vous vous êtes déjà senti dans la position de penser qu’il suffit de “dessiner” pour que certaines personnes comprennent comment fonctionne la question du consentement, cette vidéo vous aidera peut-être. Il est extrêmement didactique et utilise la métaphore du thé pour parler du consentement dans les relations sexuelles (mais pas seulement).La culture du viol est directement liée à la manière dont la société éduque les garçons et les filles et il est donc essentiel de déconstruire ces identités de genre. Pour mieux comprendre comment le machisme se tait et peut apparaître de manière très subtile, apprenez à reconnaître le sexisme. Soyons attentifs à tous les signes !